~bohwaz/blog/

Avec de vrais morceaux de 2.0 !

Projet d'automne : choix d'isolation

Bon pour le moment j'ai pas grand chose à montrer (mais sûrement plus dans le week-end j'espère) donc je vais vous parler de mes choix d'isolation phonique et thermique.

Alors l'isolation c'est un grand foutoir et il ne faut surtout pas, jamais, écouter les vendeurs ou les constructeurs, sauf sur les spécifications techniques à la limite. Je m'expliquerais là dessus plus tard.

Au début j'étais super motivé par les isolants "écolo" : chanvre, laine de mouton, etc. Mais après études de tous les isolants, la laine de chanvre c'est quand même légèrement moins efficace et surtout beaucoup plus efficace que la laine de verre et la laine de roche. Alors oui c'est un peu triste à dire mais globalement la laine de verre sort gagnante, quand un isolant "écolo" est au mieux aussi efficace que la laine de verre, il est beaucoup plus cher (jusqu'à 5 fois plus cher). Hormis la laine de bois qui est particulièrement efficace (mais pas forcément très écolo), les autres ne sont pas très bien placés. Le problème de la laine de bois c'est son poid et moi comme c'est pour isoler un toit, il ne faut pas que ça pèse trop lourd sur la charpente. Alors là je parle au niveau thermique.

Alors pour expliquer un peu, ce qui est important dans le choix d'un isolant au niveau thermique c'est son coefficient de résistance thermique appellé "R". Les normes actuelles recommandent 5 ou 6 au moins pour un toit (je sais plus désolé). Pour avoir un bon confort en été on recommande au moins un R de 6. Une laine de verre à placer sous la toiture et de 20cm d'épaisseur a un R situé entre 5 et 5,5. 10cm de laine de chanvre a un R de 2,40. Donc on arrive à 4,80 avec 20cm d'épaisseur. Personnellement j'ai choisi le maximum de ce qui se fait en laine de verre en rouleau, soit 26cm pour un R de 6,5. Comme il faut laisser 4-5cm entre l'isolant et la toiture pour laisser circuler l'air, ça nous fait une hauteur de 30cm sous toiture, ce qui est particulièrement important et diminue de beaucoup l'espace habitable.

Certaines personnes m'ont conseillé les isolants minces et le polystyrène expansé pour arriver à 10-12cm de hauteur mais cela pose plusieurs problèmes. 8cm de polystyrène expansé cela donne un R de 1,80. C'est ridicule et non seulement on aura froid en hiver mais on aura aussi très chaud en été (la toiture reçoit les rayons du soleil toute la journée !). Quand aux isolants minces (qu'on appelle ici "papier chocolat") ils ne donnent jamais le "R" du produit et tout ce qu'on sait c'est des formules sans aucun sens du genre "1cm d'isolant mince MACHIN équivaut à 8cm d'isolant classique" ce qui n'est pas très rassurant. De ce que j'ai pu lire un peu partout les isolants minces sont surtout relativement inefficaces que ça soit en hiver ou en été, sans compter qu'ils coûtent très cher.

Un problème à prendre en compte également : l'isolant mince est imperméable, ainsi si on l'agrafe entre chevrons, sous la toiture, cela va crée des points de rosée et concentrer l'humidité sur les chevrons. Et de l'humidité qui stagne sur une charpente c'est très mauvais, elle finit par pourrir. Normalement dans une maison construite récemment, un film de sous-toiture doit être posé sous les liteaux pour empêcher de l'eau de s'infiltrer sous la toiture, dans les plafonds et les combles, en cas de pluie horizontale ou de tuile cassée. Mais chez moi la maison a presque 20 ans et pas de film de sous-toiture. J'avais donc pensé en premier lieu à agrafer entre les chevrons un isolant mince ou un film de sous-toiture découpé. Mais après prise de conseils auprès de plusieurs professionnels il apparaît que c'est une mauvaise idée à cause de ces points de rosée que ça peut créer. Du coup je ne vais rien mettre. Si une tuile se casse ou qu'il y a des infiltrations d'eau, tant pis ça tombera directement sur la laine de verre. Mais changer quelques mètres carrés de laine de verre et de plaques de plâtre ça coûte moins cher que de devoir refaire une charpente.

Donc je résume un peu car cela est complexe. En isolation il faut prendre plusieurs choses en compte :

  • L'humidité et la vapeur. Ne pas oublier de placer un pare-vapeur entre les plaques de plâtre et l'isolant si l'isolant n'en a pas déjà. Un pare-vapeur est un film qui n'est pas imperméable, il réduit simplement la pression de la vapeur pour empêcher que de la condensation se crée dans l'isolant. Il faut toujours le placer du côté intérieur de l'isolant. Il faut éviter la condensation avec la laine minérale c'est pour cela qu'il faut laisser de l'air passer entre le toit et l'isolant. Une maison doit respirer, il ne faut pas tout calfeutrer avec des matériaux imperméables.
  • L'isolation thermique contre le froid (hiver). La résistance est visible par le coefficient "R".
  • L'isolation thermique contre le chaud (été). Là pour cela le "R" joue mais surtout la densité de l'isolant. La densité se mesure en kilogramme par mètre-cube. Plus le matériaux est dense, plus il présente une forte inertie thermique, c'est cela qui retarde l'arrivée de la chaleur à l'intérieur. On parle aussi de déphasage. Plus le temps de déphasage est important plus longtemps il fera frais la journée en été. Là c'est très dur d'avoir des données objectives alors on sait jamais trop. Ma laine de verre de 26cm a un déphasage assez faible, de l'ordre de 6 ou 7 heures je pense. En général plus le matériau est dense, plus son inertie est grande alors je vous laisse imaginer que la laine de verre c'est pas très dense au contraire, c'est assez léger. Normalement on considère qu'une bonne isolation commence à une densité de 50kg/m3. Autant vous dire que ma laine de verre à 11kg/m3 c'est pas ça du tout, mais comme il n'y a pas que la densité qui compte (heureusement) j'ai fait le pari que ça devrait être correct quand même.
  • L'isolation phonique. Pour ne pas entendre les bruits du dehors. Là aussi c'est la densité qui compte y'a pas de secret. Enfin c'est un peu plus compliqué en réalité. Les médiums et aigus peuvent être filtrés facilement par des matériaux peu denses mais pour les graves il faut un matériau assez dense.
  • Les ponts thermiques. Par exemple une fenêtre est un pont thermique. Si vous avez mis une super isolation partout mais que vous avez des fenêtres à simple vitrage, qui jointent mal, ça servira à rien car la fenêtre fera un pont thermique. Mais y'a plein de choses qui peuvent faire pont thermique entre l'extérieur et l'intérieur. Donc attention à tout ça...
  • L'étanchéité à l'air. Il faut que les murs soient étanches à l'air qui passe depuis l'extérieur sinon courant d'air et déperdition. C'est pour cela qu'il faut faire les joints des plaques de plâtre avec de l'enduit. Il faut donc soigner ce point.

Mon expérience au niveau phonique et bien d'après ce que j'ai pu lire un peu partout, la laine de chanvre est particulièrement inefficace. Dommage encore un argument contre la laine de chanvre. La laine de roche serait la mieux lotie, surtout quand la densité est forte. Après tout c'est beaucoup utilisé pour l'isolation des studios d'enregistrement. Je comptais prendre de la laine de roche de 45mm d'épaisseur à forte densité pour doubler une cloison existante et lui donner une meilleure isolation phonique (c'est une cloison alvéolaire, donc c'est catastrophique actuellement on entends le moindre bruit), mais il m'a été impossible d'en trouver ici, les magasins n'en vendent plus car plus assez de clients. Dommage. Le vendeur a essayé de me convaincre que la laine de verre dite "isolation phonique" qui a une densité ridicule était plus efficace que de la laine de roche à forte densité et que "personne n'avait jamais prouvé que la laine de roche était plus efficace en isolation phonique". Bon faudrait lui expliquer un peu que si justement mais j'avais pas trop le temps. Du coup j'ai finalement pris de la laine de verre "isolation phonique" en 45mm d'épaisseur, je suis sceptique du résultat mais on verra.

Ce doublage de cloison existante, réalisé sur ossature métallique, accueillera donc 45mm de laine de verre "phonique" (...) et surtout des plaques de placo phonique, 3 fois plus chères que des plaques normales mais elles promettent un -3dB par rapport à une plaque normale, on verra le résultat...

Je vais également doubler tous mes murs avec une sous-couche de liège de 4mm d'épaisseur, normalement destinée à être placée sous un plancher (pour diminuer la transmission des bruits de pas sur le plancher). Cette sous-couche de liège sera donc collée sur les cloisons existantes et aussi les nouvelles. Le liège est très efficace en isolation phonique et acoustique. Idéalement il faudrait le laisser apparent pour une meilleure efficacité mais c'est quand même pas super joli à mon sens. Donc ça sera recouvert de toile de verre, qui permettra aussi de cacher toutes les irrégularités des murs (notamment les cloisons qui ont été remontées jusqu'au toit). La toile de verre en théorie crée un effet "écho" et fait rebondir le son. J'espère que la présence du liège en dessous évitera que l'effet soit trop marqué. Ceci dit les murs seront recouverts d'affiches et photos en grande partie. Pour information 2,5m2 de sous-couche liège coûtent 15 euros, et j'ai 70 à 80m2 de surface à couvrir, ce qui fait plus de 400 euros rien que pour le liège. Alors j'espère que mon idée n'est pas si mauvaise...

Une autre chose, normalement pour avoir une meilleure isolation phonique d'une cloison il faut poser une plaque de liège (ou bande résiliente) entre le rail et le sol (pour limiter la transmission des vibrations de la cloison au sol), mais comme mon rail est posé sur un parquet flottant, qui est lui-même posé sur de la moquette je n'ai pas estimé devoir rajouté une couche de plus. Evidemment le rail est vissé solidement dans la dalle de béton de l'étage, et pas juste dans le parquet flottant (sinon la cloison flotterait aussi). Autre indication aussi, il est possible de doubler ou tripler les plaques de plâtre (mettre 2 ou 3 épaisseurs au lieu d'une seule) pour une meilleure isolation phonique. Il est aussi possible de doubler l'ossature en plus, mais ça commence à faire une cloison assez épaisse, lourde et chère (une plaque de plâtre de 2,5*1,2m pèse 30 kilos).

Au niveau de la porte qui est du simple contreplaqué très léger je vais poser deux épaisseurs de sous-couche liège sans la recouvrir, ça donne donc 8mm de liège. J'espère que ça suffira car changer la porte serait assez chiant...

Bon je crois avoir fait le tour, tout cela est assez complexe et ça ressemble plus à un bloc-notes qu'à de vraies explications mais c'est pas super facile d'expliquer tout ce que j'ai du apprendre en quelques semaines à peine. J'espère que c'est tout de même suffisamment clair.

Des liens utiles :

Écrire un commentaire
(facultatif)
(facultatif)
(obligatoire)
                     __ _   _ _   
  __ _ _ __  _ __   /_/| |_(_) |_ 
 / _` | '_ \| '_ \ / _ \ __| | __|
| (_| | |_) | |_) |  __/ |_| | |_ 
 \__,_| .__/| .__/ \___|\__|_|\__|
      |_|   |_|                   
(obligatoire)

Les adresses internet seront converties automatiquement.
Tags autorisés : <blockquote> <cite> <pre> <code> <var> <strong> <em> <del> <ins> <kbd> <samp> <abbr>