~bohwaz/blog/

Avec de vrais morceaux de 2.0 !

Qalc, la calculatrice en ligne de commande qui tue des licornes unijambistes

Oui tout à fait, Qalc est si bien que ça. Qalc est la version CLI de Qalculate, une calculatrice de bureau bourrée de fonctions très utiles. Et en CLI c'est encore mieux. Un exemple pour calculer le prix TTC d'un produit à 42 € mais en dollars australiens :

> 0x2A*120% € = x AUD
  (42 * (120 * procent) * euro) = (x * AUD) = x = 72.21816

Et oui, qalc ne fait pas que des calculs mathématiques, il sait aussi convertir les devises (ne pas oublier de mettre à jour les taux de change en tapant taux d'échange dans son invite de commande), les unités (poids, taille, et même par exemple km/h etc.), l'hexadécimal, le binaire, et peut aussi utiliser des fonctions (if, for, matrix, vector, sin(), etc.), faire des stats, des tableaux, des graphiques, etc.

Une utilisation courante pour convertir les unités anglaises à la con :

> 5.8 oz = x g
  (5.8 * ounce) = (x * gram) = approx. x = 164.42723
> 60 mi/h = x km/h
  ((60 * mile) / hour) = ((x * kilometer) / hour) = x = 96.56064
> 5 ft + 2 in = x cm
  ((5 * foot) + (2 * inch)) = (x * centimeter) = x = 157.48

On peut même jouer avec les dates et durées, par exemple le nombre de semaines en 28 jours et le nombre de jours entre deux dates :

> 28 days = x weeks
  (28 * day) = (x * week) = x = 4
> days(2014-08-01, 2015-01-01)
  days("2014-08-01", "2015-01-01", 1, 0) = 153

Ou faire un peu de géométrie, comme calculer la circonférence d'une roue de vélo de 28 pouces, mais en centimètres :

> circumference(28/2 in) = x cm
  circumference((28 / 2) * inch) = (x * centimeter) = approx. x = 223.43007

(La division par deux vient du fait que 28 pouces est le diamètre, mais la circonférence se calcule avec le rayon.)

Un peu de stats en trouvant la valeur médiane d'une suite de prix de diverses devises ? Rien de plus simple !

> median(43 €, 27 €, 4 $, 124 SEK, 43 AUD)
  median([43 * euro, 27 * euro, 4 * dollar, 124 * SEK, 43 * AUD]) = EUR 27

Une dernière pour la route, votre indice de masse corporelle (IMC, ou BMI en anglais pour Body-Mass Index) :

> bmi(58 kg, 170 cm)
  bmi(58 * kilogram, 170 * centimeter) = approx. 20.069204

Et si je vous dis qu'il sait aussi comprendre les ampères, volts, calories, joules, newtons, octets, lux et autres centaines d'unités diverses et variées ? Franchement c'est pas magique ce petit programme ? N'attendez plus et faites tout de suite un beau apt-get install qalc !

Si vous voulez la doc il faut hélas installer le paquet GTK qalculate-gtk et lancer qalculate et aller dans le menu aide, il n'existe pas de doc complète des fonctions pour la version ligne de commande, hélas, mais ça ne doit pas vous freiner à utiliser qalc qui est très simple à utiliser, la plupart du temps il suffit quasiment de lui parler en langage courant et il comprend !

Crinkles : gâteau croquants mais néanmoins moelleux, au chocolat

Préparation : ~25 minutes
Repos : ~2 heures
Cuisson : 10-11 minutes

Crinkles

Pour 4 à 8 personnes :

  • 50 g. de beurre
  • 200 g. de chocolat
  • 2 œufs
  • 80 g. de sucre en poudre
  • Un sachet de sucre vanillé
  • Une demie cuillère à café de levure chimique
  • 200 g. de farine
  • Une pincée de sel
  • Du sucre glace

Casser le chocolat (aucune différence entre du chocolat de ménage ou du chocolat pâtissier) en carrés dans un bol, ajouter le beurre et faire fondre au micro-onde (ou au bain-marie). Bien mélanger pour obtenir une pâte homogène.

Dans un saladier mélanger les œufs, le sucre en poudre et le sucre vanillé.

Verser le mélange chocolat/beurre dans le saladier, bien mélanger.

Ajouter la farine, la levure et le seul et mélanger pour obtenir une pâte homogène.

Placer le saladier au réfrigérateur au moins 2 heures. Cela permet à la pâte de se refroidir et durcir. Si vous sautez cette étape vous ne pourrez pas former les petites boules de pâte ensuite. Si vous êtes à la bourre vous pouvez tenter le congélateur ou le freezer en surveillant bien la consistance de la pâte, faudrait pas qu'elle se transforme en bloc de glace non plus.

Deux heures plus tard : préchauffez le four à 180°C. Sortez la pâte du frigo, formez des boules de pâte de la taille d'une noix (approximativement).

Versez le sucre glace dans un bol et roulez-y les boules pour qu'elles soient recouvertes de sucre glace.

Placez les boules sur une plaque recouverte de papier sulfurisé (attention à ne pas trop les coller, elles gonflent un peu lors de la cuisson), enfournez à mi-hauteur dans le four pendant 10 à 11 minutes mais pas plus.

À la sortie du four placez les crinkles sur du papier absorbant (sopalin), surtout si vous les mettez dans une boîte pour emmener, sinon ils vont se ramollir avec l'humidité qu'ils relâchent en se refroidissant.

Kangourou dans sa sauce aux champignons

Ingrédients pour 2 :

  • 300 g de filet de kangourou
  • 1 oignon
  • champignons de Paris
  • crème fraîche
  • huile

Découper le filet de kangourou en petits morceaux, hacher l’oignon et émincer les champignons.

Faire revenir l’oignon doucement dans une poêle jusqu’à ce qu’il brunisse légèrement. Mettre l’oignon de côté et faire revenir les champignons de la même manière.

Une fois oignon et champignons cuits, nettoyer la poêle ou la remplacer et la mettre sur feu fort. Verser quelques gouttes d’huile — le kangourou étant très peu gras il risquerait d’accrocher — et attendre que poêle soit bien chaude pour déposer les morceaux de kangourou. Baisser légèrement le feu et retourner régulièrement.

Juste avant que la viande ne finisse de cuire (environ une minute), ajouter de la crème fraîche, les champignons et l’oignon.

Servir avec du riz, des pâtes ou des légumes.

Attention, contrairement à d’autres viandes le kangourou se consomme mieux saignant, si vous tentez de le faire à point il vous paraîtra trop sec et difficile à mâcher, alors que saignant il sera fondant en bouche.

Le Kangourou est une viande délicieuse, très répandue en Australie et très bon marché. En France il est possible d’en trouver pour les fêtes ou chez certains bouchers spécialisés. C’est une viande de gibier très riche en protéines et très faible en matières grasses.

Gâteau au yaourt

Ingrédients pour 4 à 8 personnes :

  • 1 pot de yaourt nature
  • 2 pots de sucre
  • 3 pots de farine
  • 2 œufs
  • 1 demi pot d’huile (ou 10 à 20 g de beurre fondu, ou de la crème fraîche avec matière grasse)
  • 1 demi sachet de levure (si la farine n’en contient pas déjà)

Dans un saladier mélanger tous les ingrédients, dans n’importe quel ordre.

Verser la pâte ainsi obtenue dans un moule à gâteau (si non silicone, n’oubliez pas de le beurrer et fariner légèrement pour que le gâteau se détache facilement).

Enfourner à 180°C pendant 25-30 minutes, vérifiez régulièrement où en est la cuisson à l’aide de la pointe d’un couteau, si elle est sèche (et non couverte de pâte non cuite) c’est que c’est bon !
Conseil du chef

C’est une recette très simple et rapide à réaliser qu’il est possible d’agrémenter à tous les goûts.

Ce gâteau est une excellente base qui peut être adaptée à n’importe quel goût, ajouter simplement fruits ou autres éléments à la pâte. Variantes testées avec succès : bananes, banane et morceaux de chocolat, cacao en poudre et cerises, remplacer le sucre par du miel pour un goût « pain d’épice », banane et kiwi, abricot, etc.

Navigation GPS sur Android en voiture

Petit résumé de mon test des différents logiciels de navigation GPS pour Android en voiture :

- Google Maps : ne fonctionne pas hors ligne, une grosse blague inutile. Pas de cartes.
- Sygic : cher, lent, moche, inefficace et compliqué à utiliser et télécharge de la pub quand on a la data activée sans nous demander notre avis. Cartes chères. Et pourtant c'est souvent celui qu'on retrouve recommandé comme étant le meilleur GPS Android. C'est dire le niveau.
- OSMAnd : assez compliqué à utiliser, mais très complet, le problème c'est les cartes parfois un peu incomplètes (OpenStreetMap oblige) mais bon rien de terrible non plus. Cartes gratuites.
- Mappy Free : application correcte avec cartes hors ligne, mais le fonctionnement est complètement pas fiable, il vous montre parfois des routes qui n'ont rien à voir avec celle sur laquelle vous êtes, et ce pendant des kilomètres, prudence donc. Cartes gratuites et correctes.
- Here Maps : pour le moment en beta. Rien à redire, Nokia font ici ce qu'ils savent faire de mieux : de l'excellente navigation, de super cartes, avec tout ce qu'il faut hors ligne (commerces, facilités, etc.). Ça marche bien, même si c'est moins complet que sur Symbian. Cartes gratuites.

Bref avant Here y'avait rien de potable, mais Here est sensé être réservé aux appareils Samsung pour le moment, même si en pratique ça marche bien ailleurs. Attendons de voir comment réagissent les autres concurrents qui sont à des millénaires derrière…

L'amour nomade — La ruelle en chantier

J'ai l'amour facile
Le mot doux qui peut glisser
D'un battement de cil
De la main jusqu'au baiser

J'ai le cœur voyageur
Qui se laisse alpaguer
Par un moment, une humeur
Un sourire familier

J'ai l'amour nomade
Qu'ont les jeunes filles en fleur
Qui reviennent malades
De leurs histoires de cœur

J'ai besoin de naufrages
De perdre mes repères
De rentrer à la nage
Me jeter à la mer

À quoi bon jeter l'ancre
Sur une plage sans dune
Décorer ma phalange
Me perdre dans la brume

Moi qui n'ai rien à perdre
Qui ai tout à gagner
J'ai l'amour suicidaire
Au bord de la jetée

(Refrain)

Et le cœur en déroute
Je ne sais plus quoi faire
Je reprends la route
Remballe mes affaires

Qu'importent les départs
Où me mènent mes pas
Je vivrais au hasard
De cartes en immensités

Et plus si affinités : le journal de voyage

Après le journal photographique j'ai terminé en juin la mise en format livre du récit de voyage en Australie et Nouvelle-Zélande issu du blog oz.journalintime.com. Ce livre de 400 pages (quand même) est disponible à la vente sur Amazon.fr pour 13 €, port compris, toujours via CreateSpace.

Un an en Océanie - journal de voyage - Australie et Nouvelle-Zélande

Si vous ne souhaitez pas payer (ou en tout cas pas à Amazon) il est aussi possible de le télécharger en PDF taille A5 : Et plus si affinités : un an en Océanie — Journal de voyage (PDF, 7 Mo).

[EDIT] Et aussi au format ebook, par exemple pour votre Kindle : Et plus si affinités : un an en Océanie — Journal de voyage (PDF pour Kindle, 4,5 Mo)

Le livre contient une quinzaine de photos noir et blanc en pleine page, ainsi qu'une carte de chaque région traversée minutieusement dessinée à la main par mes soins. Enfin il contient quelques nouveaux textes qui n'avaient pas été publiés sur le blog au début.

Carte île sud Nouvelle-Zélande

Comme le journal photographique, ce livre est principalement destiné à garder un souvenir et à être offert aux amis et à la famille, ce qui explique le manque de relecture. De ce fait il contient encore de nombreuses fautes, et je tiens à remercier celles et ceux qui malgré cela en ont acheté un exemplaire pour nous soutenir dans nos projets de voyage. Promis dès qu'on a le temps et le courage on s'attaque à une relecture et correction !

Sur le côté publication je reste très satisfait de mon expérience avec CreateSpace et Amazon, qui me permet de recevoir le livre à prix quasiment coûtant pour offrir aux proches, et à pouvoir le vendre sur Amazon de manière simple en choisissant le prix et la marge. Je touche 2 € par exemplaire environ, pour info, soit près de 15%, alors que les auteurs édités en librairie ne touchent que 8%. Et je pourrais évidemment augmenter cette marge en augmentant le prix mais bon le but est d'abord de partager le récit. La qualité est toujours très bonne, et avoir son récit de voyage en vrai livre dans les mains est une expérience très agréable. Je ne pensais pas par contre arriver à 400 pages de texte, pour moi c'est énorme !

La prochaine étape maintenant est citée pas très discrètement en spoiler dans le livre sur la dernière page… je vous en reparle dès que possible.

[EDIT novembre 2014] Le livre a été corrigé (problèmes d'hyphénation et quelques fautes qui restaient), désolé pour les erreurs précédentes.

Comparatif des sacs de couchage en duvet

Voici maintenant près de 6 mois que j'ai mis en ligne un tableau comparatif des sacs de couchage en duvet à cette adresse : http://bohwaz.net/misc/rando/sacs-de-couchage/

Je suis parti du constat qu'il était très compliqué de s'y retrouver dans la jungle des fabricants, des modèles et des températures, et cela alors que la plupart des sacs de couchage sont vendus à des prix exhorbitants (compter 200-300 € pour un sac dont la température de confort est de 0 à 5°C chez les fabricants les moins chers). En effet si on ne fait que lire les forums qui parlent de randonnée, on devrait tous s'acheter le plus cher et le plus léger. On peut lire notamment que le gonflant du duvet (donné en pouces au cube, ou cuin) est l'élément le plus important. Mais la réalité est plus nuancée.

En observant les données collectées on se rend compte qu'un duvet au gonflant considéré comme médiocre sera tout aussi efficace qu'un duvet d'un meilleur gonflant. On peut par exemple comparer deux sacs, l'un vendu à « bas prix » (200 € tout de même) dans une chaîne de magasins de sport (Intersport), et l'un vendu par un « petit fabricant français » :

Modèle Prix Poids Poids du duvet Qualité du duvet Répartition duvet/plumettes Température confort/limite
McKinley Kodiak 13 200€ 1,4⋅kg 800⋅g 600 cuin 90/10 -6°C / -13°C
Valandré Shocking Blue 509€ 1,38⋅kg 785⋅g 800 cuin 95/5 -5°C / -12°C

On peut voir qu'un duvet plus de deux fois plus cher (son nom devrait d'ailleurs être « shocking expensive » !), avec le même poids de duvet d'un meilleur gonflant, ne parvient pas à égaler le résultat d'un duvet au gonflant « médiocre ». Je rappelle que la température indiquée provient d'un test réalisé selon la norme EN 13537 pour les deux sacs, et que donc en théorie les conditions du test sont suffisamment similaires pour ne pas voir le résultat varier de plus de 2 ou 3°C.

Les exemples comme celui-ci foisonnent dans le tableau et permettent de se rendre compte qu'investir 200 ou 300 € de plus dans un duvet ne fait gagner que 100 ou 200 grammes sur le poids du duvet, pour un résultat rarement garanti car la plupart des fabricants ne font pas tester leur sac de couchage par un labo indépendant : les températures indiquées peuvent donc être parfaitement fantaisistes.

Pour ma part après mûre réflexion, et un achat un peu précipité avec les soldes, j'en ai conclu qu'acheter un sac de couchage qui vaut plus de 150 € (et déjà à ce prix-là on a du mal à le sortir, avec la peur de le perdre ou de l'abimer) est parfaitement inutile si on ne part pas plusieurs semaines ou mois d'affilée en bivouac chaque année. Et même dans ce cas-là je crois qu'il serait plus juste d'acheter un sac synthétique : beaucoup moins cher et bien plus résistant dans le temps.

De toutes ces recherches et comparaisons je crois qu'au final je ne suis pas convaincu de l'utilité du sac de couchage en duvet, à moins de devenir d'un coup incroyablement riche ou insouciant sur la destinée du matériel que j'achète.

First Crossings, série historique sur la Nouvelle-Zélande

First Crossings est une série néo-zélandaise très intéressante où Kevin Biggar et Jamie Fitzgerald retracent les pas des premiers explorateurs et première conquêtes de Nouvelle-Zélande.

Les deux présentateurs ont l'habitude des expéditions : Kevin Biggar, alors qu'il était obèse et passait son temps à regarder la télé à décidé un jour de traverser l'atlantique à la rame. Un an plus tard avec son nouveau camarade James Fitzgerald il gagne la course en rames à travers l'atlantique (4.700 kilomètres). Plus tard ils ont fait une expédition en autonomie pour atteindre le pôle sud à pied (et en revenant en kite ski). Bref c'est pas des randonneurs du dimanche.

À chaque épisode la série aborde l'histoire d'une expédition, et les deux camarades la retracent en utilisant le matériel d'époque, des chaussures à la tente en passant par la nourriture. Ils sont assistés en général d'un cameraman et d'un preneur de son, qu'on voit parfois à l'écran. Contrairement à des séries sensationnalistes comme Man vs. Wild ils ne prennent pas de risques inconsidérés (genre "je suis perdu en haut d'une montagne : vite je vais sauter par dessus cette gorge de 30 mètres de haut pour savoir où je suis"), et on voit souvent qu'ils en chient pas mal.

First Crossings

Les épisodes varient pas mal, ça va de la première ascension d'Edmund Hillary (forcément vu qu'il est néo-zélandais), à de la plongée sous-marine avec du matériel des années 50, ou encore de la spéléo, ou traverser les alpes en suivant l'itinéraire pris par les chercheurs d'or (les premiers à passer par là avant les alpinistes), ou même descendre des rivières sur des coquilles de noix comme l'avaient fait des détenus qui se sont évadés il y a maintenant deux siècles. Il y a également un épisode sur un cartographe (je vous laisse imaginer le matos qu'il fallait embarquer il y a 100 ans pour faire des photos en montagne) et un photographe (idem).

La série est très divertissante, car on voit bien les difficultés rencontrées dans des régions très reculées (avec souvent une météo peu clémente), et le matos très limité de l'époque (genre gravir un sommet enneigé sans crampons…).

Si j'ai réussi à vous intéresser, la mauvaise nouvelle c'est qu'il n'est pas possible de voir cette série en France : les DVD ne sont pas distribués, et le site de la chaîne néo-zélandaise ne permet pas de voir les épisodes. Il ne vous reste donc qu'à chercher une solution moins légale comme BitTorrent, ou à vous rendre en NZ !

Pour vous consoler il y a quelques commentaires et bande-annonces des épisodes sur Youtube.

Il existe aussi un livre du même nom qui reprend en détails les épopées décrites dans les épisodes, mais encore une fois impossible à trouver en dehors de la NZ.

Installer un clavier bluetooth en ligne de commande (Debian Wheezy)

La procédure que je décris est pour installer un clavier Bluetooth en ligne de commande (CLI) sous Linux, et plus spécifiquement avec Debian Wheezy.

Première étape installer le bluetooth :

$ sudo apt-get install --no-install-recommends bluetooth python-gobject

Le paramètre --no-install-recommends sert surtout pour empêcher apt-get d'installer n'importe quoi comme CUPS par exemple. Et python-gobject est requis par les utilitaires bluetooth (si le paquet n'est pas installé cela produit un message d'erreur : "ImportError: No module named gobject").

Ensuite on va trouver l'adresse MAC de notre clavier. Appuyez sur le bouton "Connect" du clavier et sur le PC entrez :

$ hcitool scan

Le résultat donne :

Scanning ...
	6C:5D:63:50:3F:E8	Bluetooth Keyboard

Si rien n'apparaît peut-être que votre dongle Bluetooth est caché, pour corriger vous pouvez lancer :

$ sudo hciconfig hci0 piscan

Maintenant il faut appairer le clavier avec le PC, pour cela tapez :

$ sudo bluez-simple-agent hci0 6C:5D:63:50:3F:E8

Remplacez évidemment l'adresse MAC par celle de votre clavier. L'utilitaire va vous demander d'entrer un code PIN :

RequestPinCode (/org/bluez/14688/hci0/dev_6C_5D_63_50_3F_E8)
Enter PIN Code:

Tapez un code (moi j'ai choisi 0000), puis Entrée. Normalement à ce moment-là il ne se passe rien, c'est normal il faut maintenant taper le même code sur le clavier bluetooth, puis Entrée toujours sur le clavier BT. Le terminal devrait maintenant afficher :

Release
New device (/org/bluez/14688/hci0/dev_6C_5D_63_50_3F_E8)

C'est bon signe. Maintenant on va indiquer qu'on fait confiance au périphérique pour qu'il se connecte sans autorisation :

$ sudo bluez-test-device trusted 6C:5D:63:50:3F:E8 yes

Enfin on va connecter le clavier comme périphérique d'entrée :

$ sudo bluez-test-input connect 6C:5D:63:50:3F:E8

Et voilà, le clavier devrait fonctionner. Maintenant il devrait être reconnu et actif lors du démarrage du PC.

Source : Wiki Debian

Notes rapides... ↓